` sommaire

 

Image de la première page de la Lettre 

       

Lettre 75 : Editorial

 

PRINTEMPS 2016

 

La défense du patrimoine médical est un combat permanent. J'en veux pour preuve la fermeture des musées médicaux parisiens les uns après les autres. En effet, après la fermeture du musée dc l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, puis celle du musée Orfila, c'est au tour du musée Dupuytren d'être sur la sellette. A ce sujet, je vous invite à lire l'article du Dr Jean DELEUZE paru dans la Revue du Praticien, qui attire notre attention sur ce patrimoine médical parisien dans un article intitulé « L'inacceptable abandon des musées parisiens d'Histoire de la médecine ».

Le musée de l'AP-HP depuis son ouverture en 1934, était logé dans l'Hôtel Miramion situé au 47 quai de la Toumelle dans le 5ème arrondissement, jusqu'à sa fermeture en juin 2012.

Le musée Orfila est connu depuis 1847. Il tient son nom complet de professeurs de médecine et d'anatomie : André DELMAS (1910-1999), Mathieu ORFILA (1787-1853) ct Henri ROUVIERE (1876-1952). Sa collection rassemble des préparations anatomiques humaines et animales, des reconstructions embryologiques ct neuro-anatomiques, des pièces anthropologiques et des moulages de cerveaux de diverses origines.

Enfin, le musée Dupuytren a été fondé en 1835 et est situé au 15 rue de l'Ecole de Médecine dans les locaux qui abritent la Faculté de médecine de l'Université Pierre et Marie Curie (Paris VI). La collection contient des pièces d'anatomie pathologique, d'embryologie et de tératologie. Le musée conserve également depuis 1997 la collection Spitzner, un célèbre ensemble de modèles anatomiques en cire datant du 19ème siècle.

A Paris comme à Nancy, nous appelons de nos vux le regroupement de ce patrimoine médical sur un site unique. A Paris, ce pourrait être le site de l'H6tel-Dieu. A Nancy, le conseil d'administration est à la recherche d'un lieu unique et il y travaille activement, des pistes existent, et nous avons bon espoir de trouver une solution dans les années à venir, tout en sachant que nous pouvons compter sur votre soutien.

Très amicalement.

Jean-Luc SCHMUTZ